Belle Chronique

Belle Chronique

Chapitre 28: Je suis une exception
Je gare devant la porte de leur maison et demande au gardien d’aller l’appeler. Je préfère rester dehors pour ma sécurité.
Ma Solange (sortant) : Qu’est-ce que tu me veux toi ?
Moi : Je suis venu te dire à toi et à tes enfants que vous êtes allés loin cette fois-ci. Comment pouvez-vous vous en prendre à quelqu’un qui n’a rien à avoir dans cette histoire ?
Ma Solange : Justement s’il n’a rien à avoir dans cette histoire qu’il reste à sa place. Et qu’est-ce qui te fait croire d’ailleurs qu’on a quelque chose à avoir avec son accident ?
Moi : Je n’ai jamais dit qu’il a eu un accident donc ça prouve que vous êtes derrière ça. (Pointant mon doigt vers elle) Mais je te jure que s’il lui arrivait quelque chose je vous ferais passer le reste de votre vie en prison.
Ma Solange (hurlant) : Mais pour qui te prends-tu pour oser me menacer ? Non mais tu te crois tellement supérieur que tu veux défier les traditions de ce pays. Dans ce pays lorsqu’un homme meurt c’est à sa famille de récupérer tous ses biens. Je suis passée par là avec mes enfants, ma belle- famille m’a jeté à la rue moi et mes cinq enfants donc maintenant que mon fils n’est plus c’est à moi de reprendre ce qu’il a gardé. Ça a toujours été comme ça et ça le sera toujours.
Moi : Eh bien cette pratique s’arrêtera à moi. Si toi on t’a arraché les biens de ton mari, vous ne réussirez pas à le faire avec moi. Je serai celle qui mettra fin à cette maudite pratique dans ce pays et je ne ferai pas partir de ces femmes qui abandonnent sous prétexte qu’elles veulent éviter les histoires. (Je m’avance vers elle) Regarde-moi bien, je suis Lizzie Daniels et je serai une exception. Non que dis-je… je suis une exception. (Me retournant) Rendez-vous au tribunal.
Je me retourne et monte dans ma voiture.
« Mamie qu’est-ce qui se passe ? »
Je lève la tête lorsque je vois Jordan apparaitre derrière Ma Solange avec les autres. Mon cœur se serre en le voyant mais je me ressaisi et démarre.
***James***
Je me réveille avec des courbatures et j’aperçois maman somnolant et Joe manipulant son portable. Je constate que j’ai un bras dans une bande et un collier cervical au cou.
Moi (petite voix) : Maman.
Ils lèvent la tête vers moi et s’approchent de moi.
Maman (prenant ma main) : Oh How do you fell ?
Moi (souriant) : Je vais bien.
Joe : Hey man tu nous as fait une de ces frayeurs. Même Lizzie a failli s’évanouir.
Moi (surpris) : Lizzie ? Elle était ici ?
Maman : Oui mon chéri et elle est très belle.
Moi : Maman s’il te plait !
Maman : Quoi ? Je ne fais que dire ce que j’ai vu.
Moi (à Joe) : Et où est-elle ?
Joe : Elle a dit qu’elle allait régler quelque chose mais elle sera là d’une minute à l’autre. (Manipulant son portable) Attends que je lui envoie un sms.
« Je peux ? »
Je lève les yeux et la vois là devant moi. Je ne sais pas mais j’ai senti mon cœur se réchauffer lorsque je l’ai vu. Merde je pense que Joe a raison.
Maman : Oui ma fille, viens. Il vient à peine de se réveiller.
Elle s’avance vers mon lit et je lui souris légèrement sans m’en rendre compte, elle répond à mon sourire. Maman se lève et lui fait signe de s’assoir ce qu’elle fait.
Maman (à Joe) : Mon fils s’il te plait tu peux m’accompagner manger quelque chose, je meurs de faim. (Elle me fait un clin d’œil)
Joe (souriant) : D’accord maman, allons-y ! Je meurs aussi de faim.
Ils me font de ces signes et je roule les yeux, Lizzie ne peut pas voir ce qu’ils font puisqu’elle leur donne dos. Ils s’en vont et nous laisses seuls, je sens de la gêne sur le visage de Lizzie.
Lizzie (les yeux baissés) : James… Je, je suis désolée pour la dernière fois.
Je pose délicatement ma main sur la sienne et je la sens frissonner, moi aussi d’ailleurs.
Moi (la fixant) : Hey ! T’as pas à t’excuser, c’est plutôt à moi de le faire. Je n’aurai pas dû te dire d’abandonner parce que moi-même je n’abandonne jamais devant les situations aussi complexes soient-elles et j’aimerais que tu saches que je serais là avec toi dans ce combat. Je te soutiendrai et je t’aiderais à en sortir victorieuse.
Je vois ses yeux se mouiller de larmes mais elle les retient.
Lizzie : Non James, je ne veux plus que tu prennes de risque pour moi. Regarde ce qui t’es arrivé. (Elle baisse les yeux et se mord la lèvre) J’ai cru perdre la tête lorsque Joe m’a dit pour l’accident. (Petite voix) Je ne supporterai pas qu’il t’arrive quelque chose, surtout par ma faute.
L’entendre me dire ça me fait réaliser que oui je suis tombé amoureux de cette femme. Après avoir fermé mon cœur à l’amour pendant trois ans me voici de nouveau amoureux.
Moi (la rassurant) : Ne t’inquiète pas pour moi, je suis très coriace comme tu peux le voir (elle sourit). En plus, personne ne s’attaque à James Eliot et s’en sort indemne.
Je la vois plus rassurer et confiante. Je suis prêt à prendre tous les risques possibles pour elle. Ça m’énerve de le dire mais ma mère et Joe ont raison. Je l’aime. Voilà je l’ai dit.
(Visited 1 times, 1 visits today)

Articles Recents

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.